A chaque pays sa compétence en chirurgie esthétique

Lifting-safari en Afrique du Sud, liposuccion-plage en Tunisie, soins dentaires-musées en Hongrie, augmentation mammaire-fiesta en Amérique du Sud… Le palmarès des couples utiles ne cesse de s’allonger, souvent grâce à la mobilité même des praticiens formés dans les meilleures universités.

Le Medical Travel and Health Tourism Quality Alliance (MTQUA, mtqua.org) a dressé un palmarès des 10 meilleurs hôpitaux de la planète équipés pour le tourisme médical. Parmi les destinations, l’Asie figure au premier plan : Bangalore, Singapour, Kuala Lumpour, Bangkok, Séoul sont les destinations les plus prisées pour leur aura. Plusieurs centaines de milliers de touristes y sont pris en charge chaque année pour des interventions médicales lourdes sur des hernies ou des problèmes cardiaques. Selon Abacas International, une importante société de voyage qui s’est spécialisée dans ce domaine aux Etats-Unis, le tourisme médical en Asie pourrait générer jusqu’à 4,4 milliards de dollars en 2012.
Les critères retenus : qualité des soins médicaux, management des patients, marketing international, sécurité des patients et transparence… Pour sa part, Ypsée a sélectionné ses partenaires en se référant à un cahier des charges rigoureux fondé sur le guide d’accréditation des établissements Français émis par la haute autorité de santé (HAS)

La Tunisie compte ainsi plus de 8 000 médecins dont le diplôme est reconnu en Europe et bien souvent calqué sur les standards européens, leurs cliniques accueillent un nombre croissant d’Européens, en particulier des Britanniques et des Italiens. Leurs spécialités : les interventions esthétiques.

La Hongrie facile d’accès et d’une culture proche est réputée pour ses chirurgiens dentistes. Approximativement 100.000 Français s’y rendent déjà chaque année pour la pose d’implants et de couronnes dentaires.

L’Amérique du Sud et en particulier le Brésil bénéficient d’une bonne notoriété pour les opérations de chirurgie esthétique. Cuba est un cas particulier avec son dispositif humanitaire international pour l’Amérique du sud et l’Afrique qui offre chaque année une prise en charge à plus de 100.000 patients des pays en voie de développement.