L’affaire Servier et le juge Prévost-Desprez

La justice doit passer. Et Madame le juge Prévost-Desprez insiste sur le fait que tout soit transparent dans les procédures qu’elle gère. De Bettencourt à l’affaire Servier. Il est en réalité problématique que la justice soit rendue en France. Madame le juge I. Prévost-Desprez, en est très au courant. Elle admet le fait qu’il n’est pas aisé de temps en temps de lutter. Même si, à cette occasion, elle agace les supérieurs, les avocats, les procureurs.

I. Prévost-Desprez à l’encontre des avocats

Le 21 mai 2012, Madame le juge Prévost-Desprez avait explicitement résisté à des victimes dans le dossier du Médiator. Maîtres Oudin, François Honorat et Verdier avaient tâché d’intimider la juge, que les discours qu’ils défendaient, disparaissaient soudainement vis-à-vis de la richesse de documents vierges. Rameutant le mass média, les avocats aspiraient à bien faire peur à Madame le juge Prévost-Desprez. D’ailleurs, ils se dépêchaient de contester sa position. C’en était trop, d’après les avocats. Elle avait réfuté froidement . Madame le juge Prévost-Desprez, employée à la cour de la commune de Nanterre en région parisienne les incriminait pareillement de désirer imposer »un dossier tronqué au motif que la justice doit passer vite ».

Les irréductibles anti- la sociétéServier y ont vu une accord et une querelle d’intérêt opposant Madame le juge Prévost-Desprez et Servier. Pourtant, c’est mal connaître le souhait de justice de Madame le juge Prévost-Desprez. Devant cette ardeur de conviction, les médisants apportent des rumeurs insupportables. Relativement au différend Bettencourt, voici ce qu’il s’est dit : »Les ministres et des pointures de l’UMP dénoncent son irresponsabilité ou sa mythomanie. . . « .

Trois problématiques fondatrices judiciaires

L’agressivité d’Isabelle Prévost-Desprez de Madame le juge adresse trois fondamentaux judiciaires :

  • Droit à la justice. Il est inadmissible de remettre en question impartialité de Madame le juge Prévost-Desprez. Elle s’est longuement défendue à cette occasion (voir Une juge à abattre) et elle s’attache à un seul désir : rendre la justice de manière juste. Tout citoyen n’est en mesure de l’incriminer, principalement pas les dénonciateurs que l’on ait affaire à des avocats ou journalistes ;
  • Droit à la contradiction. Surtout, Madame le juge Prévost-Desprez a justement droit à la contradiction, à faire preuve d’esprit critique et a la responsabilité de mener un affrontement contre l’abstraction de raison.
  • Droit à la différence. Les prises de position de Madame le juge Prévost-Desprez, dans le cadre des plusieurs cas de justice qu’elle examina (Angola Gate, l’affaire du Sentier, l’affaire Bettencourt), rappelle la complexité du conflit des pouvoirs (judiciaire vs politique). Madame le juge Prévost-Desprez a la possibilité de ne pas respecter le politiquement correct. Son non-conformisme de temps en temps devient risqué. C’est pourtant l’assurance d’une complète indépendance.

Madame le juge Prévost-Desprez assurée dans ses fonctions

Le premier président de la cour d’appel du parquet de Versailles n’a pas réglé l’affaire sur la requête en récusation demandée par les avocats des victimes du Mediator. La magistrate continue au tribunal de Nanterre, n’est pas écartée et arbitrera sur ce dossier du Mediator.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.