Le voyage et le tourisme demeurent des dépenses préservées

Malgré la crise économique qui frappe de plein fouet les pays de l’union européenne, s’il y a un budget qui n’est pas pénalisé par la crise, c’est bien le budget consacré aux vacances par les français. Après avoir travaillé toute l’année, grand nombre de travailleurs ne peuvent concevoir de se priver de leur vacances. Même s’ils sont plus regardants il n’en demeure pas moins que cet près d’un français sur trois qui partira en vacance cette année.

Les vols moyen-courrier ont la côte

Car il est désormais moins onéreux de partir à l’étranger que de partir en vacances en France, c’est chaque année un grand nombre de français qui décident de prendre l’avion pour tenter l’expérience de l’étranger. Equipés d’une valise rigide pour la plupart, ces passagers des vols low cost tirent les prix vers le bas pour partir plus longtemps.

Un budget qui baisse sensiblement

Bien que très présente, la crise est aussi représentée dans les budgets consacrés au tourisme et aux loisirs. Les français partent toujours en vacances, mais réfléchissent d’avantage aux dépenses de tourisme. Deux solutions s’offrent à eux : la première étant de raccourcir leur séjour pour conserver leur niveau de vie durant les vacances. La seconde alternative, c’est de réduire les dépenses pour conserver une durée de séjour similaire.

Qu’elle qu’en soit le choix adopté par les vacanciers, il n’en demeure pas moins que ceux-ci réfléchissent davantage pour maintenir leurs déplacements durant les congés d’été.

La France et la côte à la traîne

Autrefois solution de simplicité, la côté française n’attire plus comme auparavant. Jugées trop onéreux, camping, hôtels français deviennent désormais des vacances de luxe pour la majorité des français. Préférant opter pour un vol low cost en Afrique du Nord ou dans une grande capitale européenne, c’est peu à peu la clientèle historique des saisonniers français qui s’effrite  par manque de moyens.