Pourquoi un code d’éthique est utile en matière de lobbying ?

Afin de permettre à un lobbying de qualité de se développer sur le sol français, il est indispensable de lui appliquer un certain nombre de règles. Le respect de celles-ci va permettre de reconnaître le lobbyiste comme un partenaire de qualité.

Une reconnaissance de la profession

En premier lieu, l’utilisation d’un code d’éthique est un premier pas vers l’acceptation de cette action et sur l’aveu de son utilité autant pour les politiciens que de manière générale. Il serait alors considéré comme un élément qui permet à la démocratie de s’exercer en relayant simplement des informations aux personnes haut placées.

Cette décision est en général bien accueillie par les lobbyistes qui voient là une solution pour encadrer leur profession de façon satisfaisante et donc de permettre de la réaliser de façon sereine car elle est issue d’un certain code d’éthique qui sert de base à tout échange.

L’ARPP et de nombreux cabinets de conseil comme APC par exemple sont largement favorables à ce type de démarche car ils ont déjà signé une charte déontologique avec certains volontaires mais n’exclue pas que des mesures supplémentaires soient nécessaires pour gérer l’ensemble des groupes qui ne sont pas inscrits sur cette charte et exercent donc sans aucun cadre.

Renforcer la transparence

Le code serait très explicite en détaillant quelle pratiques seraient jugées comme acceptables et lesquelles n’en font pas partie. De ce fait, les professionnels pourront toujours s’y référer lors de leurs différentes interventions. Il établira donc tous les devoirs du lobbyiste mais également ses droits afin de là aussi gagner en légitimité.

De ce fait, l’image du lobbyiste ne sera plus opaque comme elle peut l’être actuellement mais aura largement été éclaircie et pourra donc être comprise par tous. Ces précisions vont alors servir la cause du lobbying qui souffre parfois d’une image négative faute de support écrit qui mette en évidence  tous les aspects du lobbying et qui permette alors à chacun de mieux l’appréhender et le comprendre.

De ce fait, grâce à ce nouveau texte, on souhaite établir de nouvelles relations entre les différentes parties, basées sur une certaine confiance entre les lobbyistes et les parlementaires ou les élus mais également entre les clients et les élus car ce sont les clients qui envoient les lobbyistes plaider leur cause. Ils y gagnent alors également car un cadre très défini permettrait de rendre les politiciens plus enclins au dialogue.