Travaux de maison : L’isolation extérieure

Plus votre isolant est épais, moins vous aurez de mauvaises surprises. Le symbole « lambda » guide sur le choix du bon matériau, moins il est élevé, moins il est conducteur de chaleur. Contrairement au symbole R qui indique, s’il est élevé, que le matériau est un bon isolant thermique. La lettre M spécifie la résistance au feu, à savoir que M.0 veut dire incombustible. En tout état de cause, faire un bon choix, c’est acheter des matériaux certifiés et aux normes de la règlementation.

Vous avez la possibilité d’isoler avec différents matériaux soit par l’extérieur soit par l’intérieur en fonction de la construction et des murs porteurs. Les maisons anciennes font appel à l’isolation intérieure en fixant ou collant des panneaux isolants de type polystyrène expansé, polystyrène extrudé, polyuréthane ou laine minérale déjà revêtus d’un parement en plâtre. Cette méthode simple et efficace assure un coût abordable et ne modifie en rien l’extérieur de la maison. Même si ce choix ne permet pas de régler tous les ponts thermiques de la maison, il n’en reste pas moins une bonne solution.

L’isolation thermique  est souvent la solution clé des maisons anciennes aux façades endommagées. Le coût toutefois un peu élevé permet néanmoins un ravalement de la façade, une diminution des ponts thermiques, et permet de conserver la surface habitable intacte de la maison.

En outre, l’isolation du toit reste fondamentale pour éviter une trop grosse perte de chaleur. Isoler le plancher des combles consiste à le couvrir de laines minérales (laine de verre ou laine de roche) conditionnées en rouleaux ou en panneaux ou de laines végétales comme la laine de chanvre. La ouate de cellulose ou la laine de mouton peuvent faire office également de bons isolants. L’isolation des solives s’effectuent de la même façon si le plancher est inexistant.